UNE STRATÉGIE NATIONALE SUR LE LOGEMENT DOIT ÊTRE FONDÉE SUR LES DROITS DE LA PERSONNE, SELON LE NPD

OTTAWA – À l’approche de la Journée nationale du logement, le 22 novembre prochain, la porte-parole du NPD en matière de logement, Marjolaine Boutin-Sweet (Hochelaga), réitère les attentes du Nouveau Parti démocratique en ce qui concerne la Stratégie nationale sur le logement, dont les détails doivent être annoncés dans les prochains jours.

« Il est impératif que la stratégie sur le logement soit fondée sur les droits de la personne, a déclaré la députée. En 1976, le Canada a ratifié le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, par lequel il reconnaissait le droit à un logement. Le gouvernement doit saisir cette occasion pour intégrer le droit au logement dans la législation canadienne et mettre en place les mesures nécessaires à sa pleine réalisation. »  

Selon les dernières données du recensement de 2016, 24,1% des familles canadiennes consacraient plus de 30% de leurs revenus pour se loger, alors qu’à Vancouver et Toronto, c’est une personne sur trois qui est affectée par cette crise d’abordabilité des logements. Pendant ce temps, le parc de logements sociaux dépérit, les listes d’attentes pour ce type de logements s’allongent. 

« Les sommes affectées au logement et à la lutte contre l’itinérance constituent des investissements, pas de simples dépenses, a martelé la députée. On ne peut plus se permettre d’attendre. Le gouvernement doit travailler avec les intervenants locaux et mettre dès maintenant l’argent nécessaire pour régler cette crise. Il doit prioriser l’entretien et la croissance du parc de logements sociaux et communautaires et mettre en place une stratégie ciblée pour le logement autochtone, afin d’assurer à chaque personne le respect de son droit au logement. »

Rappelons qu’il y a quelques jours, le gouvernement libéral s’est opposé à un projet de loi de la députée néodémocrate Rachel Blaney (North Island—Powell River), visant à reconnaître formellement le droit au logement dans la loi canadienne.