RAPPEL DES FAITS DU NPD : LES 10 PIRES DÉCEPTIONS DU BUDGET 2016

Si le budget fédéral est conforme à la rhétorique libérale, il est loin de respecter les engagements financiers qu’avait pris le parti auprès des Canadiens. 

 

Les grands PDG peuvent se rassurer sur le fait que leur précieuse échappatoire fiscale sur les options d’achat d’action reste bien en place. Pour leur part, les aînés, les jeunes, les Premières Nations, les usagers du transport en commun et plusieurs autres qui espéraient un coup de main de la part des libéraux devront encore patienter.   


Voici la liste des 10 pires déceptions qui attendent les Canadiens dans le budget libéral :

 

  1. 1.    PREMIÈRES NATIONS

 

Éducation et formation des Premières Nations

PROMESSE : 2,6 milliards $ sur quatre ans pour l’éducation des Premières Nations, 50 millions $ pour la formation professionnelle et 50 millions $ pour l’éducation postsecondaire.

RÉALITÉ : Le budget repousse l’octroi des fonds en éducation, réduit de 90 % le financement de la formation professionnelle et met de côté l’éducation postsecondaire.

  • Total du manque à gagner : 230 millions $ en moins pour l’éducation des Premières Nations, 45 millions $ en moins pour la formation professionnelle et 50 millions $ en moins pour l’éducation postsecondaire dans la première année seulement.

 

Bien-être des enfants

PROMESSE : Les libéraux ont promis de respecter le jugement du Tribunal des droits de la personne, un engagement évalué par les experts à 200 millions $ pour l’année en cours. 

RÉALITÉ : Le budget n’atteint même pas la moitié de cette cible, en prévoyant seulement 71 millions $ pour l’année en cours. 

  • Total du manque à gagner : 130 millions $ en moins dans la première année.

 

  1. 2.    INFRASTRUCTURES

 

PROMESSE : 1,675 milliard $ par année au cours des deux prochaines années pour le transport en commun, 1,675 milliard $ pour les infrastructures vertes et 1,675 milliard pour les infrastructures sociales.

RÉALITÉ : Le budget diminue de moitié les investissements prévus dans le transport en commun, réduit encore davantage le montant alloué aux infrastructures vertes et sabre considérablement le financement des infrastructures sociales.

  • Total du manque à gagner : 802 millions $ en moins pour le transport en commun, 1,543 milliard $ en moins pour les infrastructures vertes et 1,097 milliard $ en moins pour les infrastructures sociales sur deux ans — pour un total de 3,442 milliards $ en moins pour les infrastructures par rapport aux engagements électoraux des libéraux.

 

  1. 3.    LOGEMENT

 

PROMESSE : 520 millions $ sur quatre ans en incitatifs fiscaux pour la construction de nouveaux logements locatifs abordables, 5 millions $ par année pour améliorer le régime d’accession à la propriété permettant le retrait d’économies dans les REÉR, et renouvellement des ententes pour les coopératives d’habitation où le loyer est établi en fonction du revenu.

RÉALITÉ : Le budget ne semble pas indiquer que ces promesses seront réalisées.

  • Total du manque à gagner : 265 millions $ en moins sur deux ans et perte de logements subventionnés.

 

  1. 4.    AÎNÉS

 

PROMESSE : Bonification « immédiate » des prestations versées aux aînés à faible revenu dans le cadre du Supplément de revenu garanti et indexation des prestations de la Sécurité de la vieillesse et du Supplément de revenu garanti en fonction d’un nouvel Indice des prix à la consommation pour aînés. 

RÉALITÉ : Le budget force les aînés à attendre jusqu’en juillet — 9 mois après les élections — avant de pouvoir profiter d’une bonification du Supplément de revenu garanti, et ne prévoit rien en ce qui a trait à l’indexation des prestations.

  • Total du manque à gagner : 297 millions $ en moins cette année et 196 millions $ en moins l’année suivante.

 

  1. 5.    JEUNES

PROMESSE : Investir 455 millions $ dans une Stratégie pour l’emploi des jeunes, incluant des fonds pour améliorer la Stratégie emploi jeunesse, pour créer un nouveau Programme de service volontaire pour les jeunes et pour financer la création de postes en alternance travail-études.

RÉALITÉ : Le budget rate sa cible de financement pour chacune des mesures promises, en prévoyant des dépenses de seulement 295 millions $ cette année et de 150 millions $ l’année suivante.

  • Total du manque à gagner : 365 millions $ en moins sur deux ans.

 

  1. 6.    PARENTS

 

PROMESSE : Investir 125 millions $ par année pour rendre les congés parentaux plus flexibles.

RÉALITÉ : Le budget n’implémente aucun changement et se contente de dire que des modifications seront envisagées à l’avenir.

  • Total du manque à gagner : 155 millions $ en moins sur deux ans. 

 

  1. 7.    AIDANTS NATURELS

 

PROMESSE : Élargir l’accès aux prestations de compassion de manière à aider ceux et celles qui s’occupent d’un proche atteint d’une maladie grave.

RÉALITÉ : Le budget n’instaure pas les changements promis et repousse à une date inconnue l’adoption de mesures.

  • Total du manque à gagner : 238 millions $ en moins sur deux ans. 

 

  1. 8.    PETITES ENTREPRISES

 

PROMESSE : Maintenir la baisse prévue du taux d’imposition des petites entreprises et investir 100 millions $ par année afin d’encourager la recherche-développement dans les petites entreprises.

RÉALITÉ : Le budget annule la réduction d’impôt pour les petites entreprises et ramène les sommes allouées à la recherche-développement à un investissement ponctuel de 50 millions $.

  • Total du manque à gagner : 50 millions $ en moins cette année et 100 millions $ en moins l’année prochaine + 900 millions $ en moins pour la réduction d’impôt.

 

  1. 9.    SANTÉ

 

PROMESSE : 3 milliards $ sur quatre ans pour les soins à domicile.

RÉALITÉ : Le budget ne prévoit rien pour les soins à domicile, et rien pour annuler les coupes prévues par les conservateurs dans les transferts aux provinces en matière de santé.

  • Total du manque à gagner : 400 millions $ cette année et 600 millions $ l’année suivante, ou l’équivalent de 3 milliards $ sur quatre ans.

 

  1. 10.  AGRICULTURE

 

PROMESSE : 100 millions $ sur quatre ans pour la recherche agricole et 160 millions $ sur quatre ans pour un nouveau Fonds d’investissement pour l’agroalimentaire à valeur ajoutée, et 80 millions $ de plus à l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA).

RÉALITÉ : Le budget a ramené le financement de la recherche à seulement 30 millions $ sur six ans en plus de diminuer les nouveaux investissements à l’ACIA à 12 millions $. Il n’y a finalement aucune mention d’un Fonds d’investissement pour l’agroalimentaire à valeur ajoutée. 

  • Total du manque à gagner : 132 millions $ sur deux ans.

 

Le budget libéral est bien loin de leurs promesses, de quoi décevoir tout le monde.

 

Sauf peut-être les grands PDG qui ne s’en tirent pas trop mal. Ils pourront toujours éviter de payer leur juste part d’impôt sur leurs options d’achat d’actions. Cette promesse libérale brisée coûtera un autre 1,6 milliard $ aux contribuables au cours des deux prochaines années.

 

Après avoir promis que son gouvernement serait différent des anciens gouvernements libéraux qui ont trop souvent déçu les Canadiens, Justin Trudeau a déposé un budget qui renie toute une série de promesses, et ce sont les plus vulnérables qui en paient le prix.