RAPPEL DES FAITS DU NPD : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME 2016 : LES CINQ PRIORITÉS MANQUANTES

Plus tôt cette année, le premier ministre a affirmé à Davos que « l’égalité entre les sexes et la promotion des droits des femmes devaient aller de soi en 2016 ».

 Nous sommes totalement d’accord avec lui. Afin de l’aider à tenir ses engagements, nous lui proposons cinq façons très simples d’améliorer la vie des femmes. 

1. Services de garderie abordables : Pendant la campagne électorale de 2015, les libéraux ont promis qu’ils agiraient sur cet enjeu dans les 100 premiers jours suivant l’élection. C’était il y a plus de quatre mois. Les familles canadiennes attendent toujours alors que les coûts des services de garderie augmentent.

2. Mettre fin à la violence à l’égard des femmes : Toute personne qui fuit la violence devrait avoir un lieu où se réfugier. Les libéraux n’ont pas encore dit combien ils investiraient dans les maisons d’hébergement et les maisons de transition. Ils n’ont toujours pas dit non plus quand ils comptaient présenter un plan afin d’élaborer une stratégie nationale pour éradiquer la violence à l’égard des femmes.

3. Assurance-emploi : En 2016, les femmes au Canada sont bien plus susceptibles d’occuper des emplois précaires et ont moins accès à l’assurance-emploi que les hommes. Or, pas plus tard qu’hier, les libéraux ont voté contre une motion du NPD visant à établir un seuil de 360 heures travaillées, ce qui aurait permis à des milliers de femmes au chômage d’avoir accès à l’assurance-emploi.

4. Accès intégral aux soins génésiques : Il continue d’y avoir de trop nombreux obstacles à l’avortement au Canada. De nombreuses femmes sont obligées de parcourir des distances incroyables pour avoir accès à ce genre de soins et à l’Île-du-Prince-Édouard, aucun service d’avortement n’est offert. Cette situation est inacceptable, il faut agir. Malgré le fait que Justin Trudeau se dit pro-choix, son gouvernement n’a toujours rien fait dans ce dossier.

5. Équité salariale : Au Canada, les femmes ne gagnent que 72 % de ce que gagnent leurs homologues masculins. Bien que les libéraux soient en faveur de la création d’un comité spécial pour enquêter sur l’écart salarial et présenter des recommandations, seuls des changements législatifs pourront véritablement améliorer la situation.

 

C’est la Journée de la femme, les canadiennes méritent qu’on défende leurs intérêts par des actions marquantes — parce qu’on est en 2016.