Lettre ouverte aux électeurs de Laurier—Sainte-Marie sur la situation à Gaza

Lettre ouverte aux électeurs de Laurier—Sainte-Marie sur la situation à Gaza

 

Chers concitoyens,

 

Au cours des dernières semaines, vous avez été nombreux à me faire part de vos inquiétudes au sujet du conflit en cours au Moyen-Orient. En tant que votre représentante à Ottawa, et à titre de porte-parole du NPD en matière de développement international et porte-parole adjointe en matière d’affaires étrangères, je tenais à vous répondre personnellement.

 

La mort de civils innocents à Gaza m’horrifie.  Dès le début du conflit, nous avons réclamé – au moyen de déclarations écrites et verbales – un cessez-le-feu immédiat, une protection accrue pour les civils, le libre approvisionnement de Gaza et la distribution sans entrave dans tout Gaza d’une aide humanitaire – y compris des vivres, du carburant et des traitements médicaux – ainsi que le respect par toutes les parties du droit international. Notre chef, Thomas Mulcair, a aussi réclamé la réouverture durable des points de passage dans la bande de Gaza, conformément à la résolution 1860 (2009) du Conseil de sécurité de l’ONU. Vendredi dernier, le porte-parole du NPD en matière d’affaires étrangères, Paul Dewar, a déclaré horrifiant et tout à fait inacceptable le bombardement par les forces de défenses israéliennes d’un centre des Nations Unies à Gaza où s’étaient réfugiés des civils innocents pour échapper à la violence.

 

Je condamne les attaques du Hamas contre Israël mais je crois aussi que, bien qu'Israël ait le droit de se défendre, ce droit s'accompagne de l'obligation de protéger les civils. Les États ont des responsabilités en droit international; Israël ne fait pas exception à cet égard. Le Canada doit exhorter Israël à mieux protéger les civils et assurer le plein respect du droit humanitaire international.

 

Je crois que seuls les efforts diplomatiques de la communauté internationale permettront de régler le conflit. Le Canada devrait exercer des pressions en faveur d’un règlement pacifique de ce conflit et participer à sa résolution, incluant en s'opposant aux colonies illégales, qui représentent un obstacle majeur à une paix juste et durable. Malheureusement, les conservateurs ont clairement pris parti dans ce dossier, et leur position dénuée de tout équilibre nous empêche de jouer un rôle constructif et nous fait carrément honte.

 

Faute de leadership de la part du gouvernement canadien, je veux vous assurer que les néo-démocrates font de leur mieux pour faire entendre votre voix. Nous travaillerons avec nos partenaires pour la paix et la justice, en Israël et en Palestine, dans le respect du droit international. Bien avant que ne s’amorce ce conflit, notre porte-parole en matière d’affaires étrangères, Paul Dewar, avait engagé un dialogue suivi avec des représentants palestiniens et israéliens, ainsi que de la société civile.

 

Le NPD est le seul parti qui cherche à bâtir des ponts entre les diverses communautés du Canada et à dégager les consensus nécessaires pour instaurer la paix. Par exemple, j’aimerais vous transmettre les commentaires suivants sur la politique du NPD relative à la crise israélo-palestinienne :

 

« J’apprécie particulièrement vos aperçus et votre position de principe à l’égard des droits des Palestiniens et de notre recherche d’une paix équitable. Je sais pouvoir compter sur votre appui soutenu et vos efforts constructifs dans notre quête de la liberté, de l’autodétermination et de la reconnaissance mondiale. » [traduction] – Hanan Ashrawi, membre du Comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine

 

« Nous vous adressons cette lettre en reconnaissance de votre politique juste et équitable concernant la crise israélo-palestinienne. Votre parti attache une valeur égale aux vies israéliennes et palestiniennes et s’est prononcé courageusement en faveur de l’arrêt des massacres, de la défense des droits de la personne et du respect du droit international. Les organisations soussignées applaudissent votre position. La politique étrangère du Canada doit être conforme au droit international et reconnaître la valeur égale des vies israéliennes et palestiniennes. Grâce au leadership et à l’influence du NPD, nous comptons bien pouvoir reprendre ce rôle essentiel au niveau international. » [traduction]

– Extrait d’une lettre signée par le Canadian Council of Imams (CCI), Canadians in Support of Refugees in Dire Need (CSRDN), l’Islamic Circle of North America (ICNA), l’Islamic Society of North America (ISNA), et la Muslim Medical Association of Canada (MMAC).

 

Même si l’approche du gouvernement empêche le Canada de jouer un rôle constructif dans l’établissement d’une paix durable dans la région, nous devrions au moins en faire plus pour répondre à l’actuelle crise humanitaire. C’est pourquoi nous avons demandé au Canada de répondre favorablement à l’appel d’urgence lancé par l’UNWRA, qui demande des contributions pour aider les réfugiés palestiniens. C’est aussi ce qui explique que nous travaillions avec le docteur Izzeldin Abuelaish, qui souhaite faire soigner des enfants blessés dans des hôpitaux canadiens.

 

Faire venir des enfants blessés au Canada n’est qu’une petite part de ce que nous pouvons faire. La génération actuelle d’enfants dans la bande de Gaza n’a connu que la guerre et la souffrance. Comme en Syrie et dans d’autres zones de guerre, les traumatismes marqueront toute une génération d’enfants. Au cours des prochains mois, le Canada doit concentrer son aide humanitaire et son aide au développement sur les enfants gazaouis traumatisés, et leur fournir des soutiens éducatifs, sociaux et thérapeutiques – comme nous le faisons dans d’autres situations de crise.

 

Vous pouvez consulter nos plus récentes déclarations en cliquant sur les liens suivants :

 

Déclaration du chef de l’Opposition officielle, Thomas Mulcair, sur la situation au Proche-Orient

 

Déclaration du NPD concernant la situation au Proche-Orient

 

Communiqué de presse du NPD : Le Canada doit soutenir les efforts humanitaires de l’ONU à Gaza

 

La position du NPD en ce qui concerne le Moyen-Orient est la même depuis des années : la reconnaissance du droit des Israéliens et des Palestiniens de vivre côte à côte dans la paix et la sécurité, dans des États indépendants et viables, circonscrits par des frontières négociées ayant fait l’objet d’une entente.

 

Sincères salutations,

 

Hélène Laverdière

Députée de Laurier—Sainte-Marie

Porte-parole de l’Opposition officielle en matière de développement international et porte-parole adjointe en matière d’affaires étrangères