LES LIBÉRAUX FERMENT LES YEUX SUR LES VENTES D’ARMES À L’ÉTRANGER

OTTAWA – Alors que l’on rapporte que des armes canadiennes sont acheminées vers des pays peu respectueux des droits de la personne, le NPD demande de nouveau à ce qu’une instance parlementaire examine les exportations d’armes.

« Les Canadiens sont choqués d’apprendre que des sociétés canadiennes vendent des armes qui pourraient être utilisées pour commettre des violations des droits de la personne, y compris dans des pays auxquels nous avons imposé des sanctions, comme le Soudan, a dit Hélène Laverdière, porte-parole du NPD en matière d’Affaires étrangères. Le Parlement devrait déjà exercer sa surveillance et faire preuve de transparence quant à ces ventes d’armement, mais jusqu’ici les libéraux ont décidé de fermer les yeux. »

En avril, le NPD a présenté une motion au Comité des affaires étrangères de la Chambre des communes dans le but d’établir une surveillance parlementaire sur les exportations d’armes canadiennes, mais les députés libéraux ont usé de leur majorité pour rejeter la motion. Depuis ce vote, de nouveaux rapports ont révélé une brèche dans les règlements existants, laquelle permet aux sociétés canadiennes de vendre des armes à des pays comme le Soudan, en dépit des sanctions.

« Notre gouvernement ne devrait pas s’intéresser qu’à temps partiel à la protection des droits de la personne, a ajouté Hélène Laverdière. Les Canadiens ont besoin de savoir que notre drapeau symbolise la paix et les droits de la personne ici comme à l’étranger. »

Avec la rentrée parlementaire qui aura lieu ce mois-ci, le NPD mettra davantage de pression sur le gouvernement libéral afin que soit établi un organe de surveillance parlementaire sur les exportations d’armes.