LES LIBÉRAUX DOIVENT RECONNAÎTRE LE DROIT AU LOGEMENT

OTTAWA — Cette semaine, la porte-parole du NPD en matière de logement, Marjolaine Boutin-Sweet (Hochelaga), a demandé au gouvernement d’appuyer ses deux projets de loi visant à insérer le droit au logement dans la Déclaration canadienne des droits et à favoriser la mise en place d’une stratégie pancanadienne pour un logement sûr, adéquat, accessible et abordable.

 

« Malheureusement, le gouvernement libéral, tout comme le gouvernement précédent, ne semble pas prendre le dossier du logement au sérieux et ne réalise pas l’ampleur de la situation. La réponse qui a été apportée à ma question en Chambre témoigne de cette relégation au second plan des enjeux de la lutte contre l’itinérance et de l’accès au logement que nous défendons ardemment au NPD », déplore la députée.

 

En 2012, Mme Boutin-Sweet a lancé une campagne nationale en matière de logement lui permettant de rencontrer des Canadiens et des Canadiennes et de constater l’urgence d’agir en apportant les changements nécessaires. Le mois dernier, elle a publié un rapport issu de sa tournée avec des recommandations pour le gouvernement.

 

Actuellement, les fonds alloués à la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI) sont mal répartis et favorisent l’approche Logement d’abord, avec pour résultat que seulement 35% de l’enveloppe annuelle revient aux autres types d’intervention, dont la prévention. Ainsi, des lits ferment dans différents centres d’aide et de plus en plus de personnes se retrouvent dans la rue. Le NPD demande au gouvernement de revoir cette approche pour améliorer la lutte contre l’itinérance tout en favorisant l’accès au logement pour tous.

 

« À ce jour, le Canada demeure le seul pays du G7 à ne pas avoir de stratégie nationale en matière de logement. C’est pourquoi j’appelle le gouvernement fédéral à forcer le pas sur la question en soutenant mes deux projets de loi », conclut-elle.