LES LIBÉRAUX DOIVENT CESSER DE FAIRE OBSTRUCTION AU DÉSARMEMENT NUCLÉAIRE

OTTAWA – Le NPD forcera la tenue d’un vote au Parlement pour tester l’engagement du gouvernement libéral envers le désarmement nucléaire, à la lumière du vote du Canada contre les négociations aux Nations Unies. La porte-parole du NPD en matière d’affaires étrangères, Hélène Laverdière, propose une motion demandant aux libéraux de s’engager à participer aux prochaines rencontres de la Conférence des Nations Unies pour travailler en vue de l’élimination des armes nucléaires. Avec la deuxième ronde de négociations qui commencera la semaine prochaine, le débat en Chambre arrive à point.

« Le désarmement nucléaire est possible et nécessaire plus que jamais, a déclaré Mme Laverdière. J’ai demandé à plusieurs reprises à ce gouvernement pourquoi il refusait de participer à la rédaction de la convention des Nations Unies sur l’interdiction des armes nucléaires. Le Canada devrait mener le combat pour le désarmement nucléaire. Or, on a plutôt un gouvernement qui manque à l’appel dans ce dossier. »

Le gouvernement libéral a voté contre une proposition des Nations Unies visant à négocier une entente sur l’interdiction des armes nucléaires, et a refusé de participer à la première ronde des discussions onusiennes, en mars. L’absence du Canada aux discussions sur le désarmement nucléaire va à l’encontre d’une résolution adoptée par les membres du Parti libéral l’an dernier, qui demandait au gouvernement de lancer un processus visant à interdire les armes nucléaires.

« J’ai été consternée de voir les libéraux boycotter les négociations pour une convention sur le désarmement nucléaire, ce qui signifie que le Canada ne sera pas représenté à la table, a ajouté la députée néo-démocrate Linda Duncan, qui était présente à la conférence des Nations Unies. Des témoignages de personnes comme Setsuko Thurlow, survivante d’Hiroshima, devraient suffire pour que le gouvernement s’engage à être un véritable leader et à participer à toute future négociation. »

Texte de la motion : 

Mme Laverdière (Laurier—Sainte-Marie) — Que la Chambre :

a) reconnaissance les conséquences catastrophiques qu’aurait toute utilisation d’armes nucléaires, et reconnaisse que ces conséquences dépasseraient les frontières nationales et auraient de graves implications pour la survie humaine, l’environnement, le développement socioéconomique, l’économie mondiale, la sécurité alimentaire et la santé des générations futures;

b) réaffirme que tous les efforts doivent impérativement être mis en œuvre pour veiller à ce que l’arme nucléaire ne soit jamais plus employée, peu importe les circonstances;

c) se rappelle que, en 2010, à l’issue d’un vote unanime, les deux Chambres avaient demandé que le Canada participe aux négociations pour une convention sur les armes nucléaires;

d) réitère son appui à la proposition en cinq points sur le désarmement nucléaire présentée en 2008 par le Secrétaire général des Nations Unies de l’époque;

e) déplore le vote du Canada contre l’adoption d’un instrument juridiquement contraignant pour l’interdiction des armes nucléaires, ainsi que l’absence du Canada aux premières phases de négociation sur la question;

f) demande que le gouvernement appuie le projet de convention pour l’interdiction des armes nucléaires, publié le 22 mai 2017, et qu’il s’engage à participer, de bonne foi, aux prochaines réunions de la conférence des Nations Unies pour négocier l’adoption d’un instrument juridiquement contraignant sur l’interdiction des armes nucléaires, en vue de leur élimination complète.