LE NPD RÉCLAME UN DÉBAT D’URGENCE POUR RÉAGIR AUX RESTRICTIONS À L’IMMIGRATION IMPOSÉES PAR DONALD TRUMP

La porte-parole du NPD en matière d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté, Jenny Kwan (Vancouver Est), a écrit au président de la Chambre des communes pour réclamer la tenue d’un débat d’urgence sur l’interdiction d’immigration décrétée par le président américain Donald Trump, afin que les parlementaires se penchent sur les importantes conséquences que cela aura sur les personnes ciblées, tant au Canada qu’à l’étranger.

« Cette interdiction aura des répercussions désastreuses pour des milliers d’innocents voyageurs, des familles et leurs proches, des étudiants, des gens d’affaires, en fait des voyageurs de toutes sortes, mais aussi, ce qui est encore plus troublant, pour des hommes, femmes et enfants qui cherchent asile et fuient la persécution, a déclaré Mme Kwan. On ne sait pas exactement combien de personnes vivant au Canada sont touchées par cette interdiction, mais des centaines de milliers de Canadiens possédant la double citoyenneté, ainsi que ceux qui sont nés dans les pays visés par l’interdiction, sont extrêmement préoccupés par ces développements. De plus, d’autres citoyens, comme les résidents permanents, pourraient aussi être gravement touchés par cette mesure. »

Même si le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump a confirmé que les détenteurs d’un passeport canadien ne seraient pas touchés par l’interdiction de voyage, plusieurs demeurent incertains de leur statut, compte tenu de l’interdiction générale annoncée initialement. De plus, toute exemption accordée aux détenteurs d’un passeport canadien ne réduirait en rien les répercussions sur d’autres personnes vivant au Canada, comme les résidents permanents.

« On ne peut pas tolérer une interdiction contre des personnes qui est basée sur la race, la religion ou le pays de naissance, telle que celle mise en place par notre voisin immédiat, a écrit Mme Kwan. Les Canadiens ont à cœur leur rôle de citoyens du monde et défenseurs des droits humains; à titre de représentants élus de nos concitoyens, nous avons le devoir de réagir face à ces événements extraordinaires. »