Déclaration concernant la situation au Honduras

Déclaration concernant la situation au Honduras

La porte-parole du NPD en matière d’affaires étrangères, Hélène Laverdière, et la députée Cheryl Hardcastle, membre du Sous-comité des droits internationaux de la personne, ont émis la déclaration suivante :

«Le NPD est profondément préoccupé par l’aggravation de la situation au Honduras et par la répression à l’encontre des défenseurs des droits de la personne et de l’environnement.

Le 4 mars dernier, la militante autochtone écologiste et défenseure des droits de la personne Berta Cáceres a été assassinée. Son assassinat a suscité l’indignation au sein de la communauté internationale des droits de la personne. Cette semaine, son collègue Nelson García a lui aussi été tué.

Nous demandons au gouvernement du Canada de condamner explicitement les meurtres de Berta Cáceres et de Nelson García et de faire pression sur le gouvernement hondurien pour qu’il accepte la tenue d’une enquête internationale indépendante sur ces meurtres. Nous appuyons la demande des familles des victimes qui souhaitent que la Commission interaméricaine des droits de l’homme crée une commission d’experts indépendants. Nous espérons que le gouvernement canadien fera tout pour faciliter ce processus.

Par ailleurs, nous nous inquiétons de la sécurité de Gustavo Castro, témoin de l’assassinat de Berta Cáceres, qui fait l’objet de menaces. Nous réclamons du gouvernement du Canada qu’il demande aux autorités honduriennes d’assurer la protection de Gustavo Castro contre d’éventuelles représailles et son droit de témoigner sans menace de violence.

Le Canada devrait être profondément préoccupé par la détérioration de la situation des droits de la personne au Honduras. Nous avons ratifié un traité de libre-échange avec le Honduras alors que nous savions qu’il y avait des violations massives de droits de la personne dans ce pays. Étant donné que des entreprises canadiennes opèrent au Honduras et que le Canada y a réalisé d’importants investissements, nous avons le devoir d’assurer que les droits de la personne y soient protégés.»