Action militaire en Lettonie : les libéraux doivent faire preuve de transparence

12 juillet 2016

Action militaire en Lettonie : les libéraux doivent faire preuve de transparence

OTTAWA — Les néo-démocrates demandent au gouvernement libéral de tenir sa promesse de travailler avec les partis d’opposition, de collaborer avec eux au Parlement en ce qui concerne le déploiement militaire en Lettonie et de présenter un plan diplomatique et politique exhaustif afin de régler la crise actuelle avec la Russie.

« Plutôt que de tisser des liens avec les partis d’opposition et de parvenir à un consensus sur l’approche à adopter par rapport à la Russie, le premier ministre Justin Trudeau a décidé d’agir seul sans consulter le Parlement, a affirmé le chef du NPD Thomas Mulcair. Cette décision va à l’encontre de ce qu’il demandait il y a peu de temps et à l’encontre des principes de transparence et d’ouverture qu’il prône. »

L’année dernière, Justin Trudeau a affirmé que « le Parti libéral ne peut pas appuyer une mission de déploiement dont l’argumentaire n’a pas été présenté ouvertement et avec transparence ». Le gouvernement libéral n’a pas consulté le Parlement ni les autres partis afin de leur présenter les arguments pour la mission en Lettonie de manière ouverte et transparente.

« Les Forces canadiennes subissent déjà d’importantes pressions opérationnelles. Le gouvernement n’a pas expliqué comment une mission à durée indéterminée pourrait toucher nos autres engagements internationaux, a ajouté le porte-parole du NPD en matière de défense, Randall Garrison. Une approche multilatérale en matière de sécurité est essentielle pour gérer la menace posée par la Russie, mais elle ne servira à rien si elle n’est pas accompagnée d’une solide résolution politique à cette crise ».

La porte-parole du NPD en matière d’affaires étrangères, Hélène Laverdière, a souligné l’importance de l’adoption d’une approche exhaustive à la crise en Russie afin d’éviter toute escalade dangereuse.

« Les élans militaires ne suffiront pas pour mettre fin à ce conflit. Le Canada devrait se servir de tous les outils à sa disposition pour répondre à l’agression russe, dont l’adoption de sanctions contre les individus bien branchés, l’adoption de projets de loi pour geler leurs avoirs, la mise en place d’une interdiction de délivrance de visas pour les individus qui violent les droits de la personne et l’adoption de mesures avec l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe », a-t-elle conclu.